La gestion du risque dans le trading du forex

gestion-du-risque-forex

Avant d’ouvrir une position sur le marché des changes, il vous faut déterminer l’objectif à la hausse (récompense) que vous voulez atteindre au cas où le marché va dans le sens que vous avez prévu.
Afin de fixer cette limite, vous devez prendre en considération le « spread » (l’écart entre le prix d’achat et de vente de la monnaie). A noter que cet écart est fixé par les conditions du marché et n’a rien à voir avec les frais que votre courtier facture sur la transaction.

Avant d’être bénéficiaire, vous devez, par conséquent, gagner suffisamment de pips pour d’abord remonter le « spread » et pour ensuite couvrir les frais de votre courtier. En outre, vous ne devez pas oublier de mettre une limite de déclenchement qui exécutera automatiquement votre vente à un prix fixé dans le cas où le marché décide d’aller dans le sens contraire de votre position. La limite de déclenchement automatique n’est ni plus ni moins que votre protection de capital.

Si l’écart entre l’offre et la demande d’une monnaie est de 2 pips et la perte maximum que vous êtes prêt à supporter est 50 de pips, alors vous pouvez fixer votre objectif avec un gain de 152 pips ce qui donne un ratio risque/récompense de l’ordre de 3:1. Autrement dit, une baisse de 50 pips et une hausse de 152 pips sont les conditions pour atteindre l’objectif d’un ratio risque/récompense de 3:1 (150:50).

La meilleure façon d’atteindre un ratio permettant des fluctuations de marché dans le très court terme, est de diminuer le risque de votre capital après chaque transaction. De cette façon, il est possible de suivre la montée du marché et ne pas être forcé de vendre si le marché prend un mouvement imprévu à la baisse à court terme peu de temps après avoir placé votre ordre. Un ratio plus grand risque/récompense est alors possible parce que ce profil tolère plus de fluctuations (ou pertes) car vous engagez moins de capital dans la transaction.

La protection de votre capital et la gestion du risque

Afin de protéger votre capital, il est recommandé de ne pas utiliser plus de 2% de votre avoir disponible par transaction. Cette technique garantit de ne pas tout perdre en cas d’une position catastrophique.
La gestion du risque vise à assurer votre survie même au plus fort de la tempête.

En investissant seulement 2% de votre capital par transaction, vous devriez vous tromper 50 fois de suite (hors frais de courtage) pour rester sur la paille. Une approche encore plus conservatrice consiste à placer uniquement le 2% du capital restant. Cela permet de réduire encore plus le capital employé par position et vous assure que votre compte ne sera jamais à zéro.

Attention Le trading sur le marché des changes comporte des risques et ne s’apprend pas à la légère. Utilisez un New eToro LP_FR » target= »_blank »>compte de démonstration avant pour vous entrainer.

La marge dans les transactions sur le marché des changes

marge-forex

Généralement on entend souvent dire les opérations de change sont dangereuses à cause de l’effet de levier élevé ou de la faible marge exigée pour ce genre d’opérations de trading. Je ne suis pas du tout à fait d’accord. Si vous avez intégré la gestion des risques dans votre stratégie de trading alors la question de la marge n’est plus vraiment importante, sauf, bien sûr, si vous décidez de ne pas y tenir compte et ainsi d’augmenter votre risque en plaçant des ordres avec un risque bien voulu et assumé.

Mais au fait, qu’est-ce que la marge dans les transactions de change?

Les transactions sur marge signifient qu’un opérateur n’est pas obligé de déposer le montant total représentant la valeur réelle de la position prise. Cela lui permet d’acheter une quantité de monnaie qui dépasse largement la valeur de son compte.

Cependant, c’est une pratique très répandue dans les opérations de change. Généralement, la taille des contrats dépasse ce que le trader a en compte. Mais cela empêche le trader de placer tout son argent sur une transaction, une sorte de quitte ou double, et de négliger les outils de gestion du risque.

Pourquoi l’effet de levier n’est pas vraiment important

Les Etats-Unis ont drastiquement réduit le ratio d’effet de levier qu’un opérateur de bourse est autorisé à utiliser. Ce raisonnement n’est pas difficile à comprendre, car pour les débutants, un effet de levier élevé peut conduire à la disparition de comptes en moins de temps qu’il faut pour le dire. Mais voilà … comme tout ce qui implique de l’argent, vous ne devriez pas opérer sur le marché des changes sans formation. On le dit et on le redit mais c’est la base du forex. Pas de formation ou d’entrainement, pas de trading.

Lorsque vous traitez, vous devriez le faire en vous appuyant sur une stratégie. Cela implique que vous savez exactement le maximum que vous êtes prêts à risquer par transaction. Ce montant doit être fixé et ne doit pas être changé (oui, ceci est valable pour tout le monde), à ​​moins que vous soyez « in the money » c’est-à-dire que la position a tourné à votre avantage.

Donc, savoir que vous êtes positionné avec un effet de levier de 100:1 ou de 20:1 n’a pas autant d’importance que de savoir que vous êtes prêt à risquer au maximum 20 pips dans la transaction. C’est à ce niveau que se situe votre risque et, conséquemment, l’effet de levier devient secondaire. Si votre risque fixé dépasse le montant de votre effet de levier, vous êtes soit:

  • 1 – Avec un trop grand nombre de positions ouvertes
  • 2 – ou vous n’avez pas suffisamment d’argent en compte

Vous devriez suivre continuellement le principe de base de gestion des risques qui veut que le risque maximum par transaction ne devrait pas dépasser le 5% de votre avoir en compte (où tout autre règle similaire, l’important étant de savoir définir une zone de risque maitrisée). La plupart des traders professionnels fixent cette limite à 1% -0,5% afin de garantir leur longévité dans le marché. Allez-y doucement, surement, prenez bien votre temps, éduquez vous, le plus grand danger du trader est le trader lui même.

Attention le trading comporte des risques importants. Avant de vous lancer, songez à utiliser un Compte de démonstration pour vous entrainer tranquillement et sans risques.

Stratégie de trading simple

Strategie de trading simple

Qu’est-ce que cela veut dire une stratégie de trading simple ? Pour moi et comme son nom l’indique, ce sont des stratégies faciles à comprendre et à mettre en oeuvre dans sa propre activité de trading. Je rencontre souvent des gens avec des stratégies très compliquées qui tentent de prédire le meilleur moment pour entrer dans le marché. La plupart d’entres elles utilisent des indicateurs techniques tels que MACD, RSI, ADX, ainsi qu’une dizaine de différents MA et EMA, retracement de Fibbonaci et autres Elliot Waves. Cela a tendance à me faire sourire car j’ai la conviction que la simplicité, bien calculée, peut faire beaucoup plus qu’une complexité mal maitrisée.

Choisir seulement deux indicateurs techniques

On a souvent tendance à oublier qu’en fin de compte dans le trading, il existe plus ou moins deux types d’indicateurs principaux :

1. La tendance qui indique si le marché est en phase haussière ou baissière (MACD par exemple)
2. Le momentum qui lui indique si le marché est suracheté ou survendu (RSI)

Bien sûr il existe également des indicateurs de volume et de volatilité mais ils ne sont pas très adaptés pour le marché des changes. Conclusion, si vous utilisez plus de 2 indicateurs, alors vous pouvez d’ores et déjà tenter de restreindre votre choix pour n’en garder que deux. Vous allez voir que vos analyses vont s’avérer beaucoup plus simples à développer. Point trop n’en faut.

Oublier les oscillateurs

Combien d’oscillateurs est-ce que j’utilise ? Ma réponse est: aucun, zéro. A mon avis, une stratégie comprenant 2 indicateurs est déjà une stratégie complexe. Les traders ont l’habitude de dire que vous avez besoin d’un grand nombre d’indicateurs afin d’éliminer les faux signaux. Mais j’ai découvert, lorsque j’ai commencé à trader avec ce type d’approche très simple, que j’avais autant de signaux m’indiquant de prendre une position longue que de ceux m’indiquant le contraire, à savoir de prendre une position « short ». Alors, gardez à l’esprit le vieil adage: « Le plus n’est pas nécessairement meilleur que le moins ».

Choisir un ou deux indicateurs de tendance

Après avoir éliminé tous les oscillateurs, on se retrouve avec des outils très simples: lignes de tendance, ainsi que les niveaux de support et résistance et le retracement Fibbonacci.
Quand je traite le forex (marché des changes), j’utilise également deux autres outils qui ne sont pas aussi populaires que le MACD ou le RSI, mais personnellement ils me conviennent parfaitement:

  • Andrews Pitchfork
  • Standard Deviation Channel

Cela m’aide à déterminer la tendance, parce que cette dernière vous le savez est la base du marché des changes. Savoir reconnaitre les tendances et gérer son capital constitue l’art du Forex.

Déterminer la tendance, mais n’essayez pas de prédire l’avenir car c’est impossible. La tendance est ce que les graphiques vous disent. Il ya au moins trois types de tendance: la hausse, la baisse, et la consolidation. Je pense que je l’ai déjà dit, mais il est bon de le répéter encore. Suivre la tendance, prendre ses bénéfices et limites de déclenchement; allez-y et appliquez à la lettre votre politique de gestion (gestion d’argent ou money management).

Conclusion

Pour résumer tout cela. Vous pouvez construire une stratégie ou un système très complexe, même une usine à gaz, si cela fonctionne pour vous. Cela n’a pas du tout fonctionné pour moi. Mais rappelez-vous, ne pas sous-estimer la valeur et l’importance des outils très simples comme les lignes de tendance, les retracements de Fibbonacci et « Standard deviation channels ».

Bon trade à toutes et à tous.

Attention Quelque soit son niveau de complexité, une stratégie de trading demande du temps pour être correctement mise en place. Songez à utiliser compte de démonstration avant pour vous entrainer.